Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Cinéma

Ntarabana: sur les traces du génocide rwandais

Dans un village au nord du Rwanda François L. Woukoache a réalisé un film documentaire de 1h29mn sur le génocide Rwandais. A Ntarabana, Il y a ceux qui ont protégé les leurs au péril de leur vie. Il y a aussi ceux qui ont eu la force de pardonner. Enfin, il y a ceux qui se sont repenti, qui ont demandé pardon et qui reprennent une nouvelle vie. Ce qui est arrivé au Rwanda est une tragédie mais le plus touchant ce ne sont pas les massacres, c’est l’effort individuel fourni pour une réconciliation forte et durable. Parce que tout commence par le pardon surtout le développement.

Le Synopsis

Entre le 6 avril et le 4 juillet 1994, le génocide tutsi et les massacres de hutus modérés ont fait environ un million de morts au Rwanda. Alors que dans tout le pays des massacres étaient perpétrés à grande échelle, à Ntarabana au nord du Rwanda, Rugwiza Froduald et Mukankundiye Marie cachaient et protégeaient des tutsis au péril de leur vie.

Peu après la fin du génocide, Murékaze Anastasie, rescapée du génocide, a su trouver la force de pardonner et de se réconcilier avec ceux qui avaient assassinés son mari et ses enfants.

Des valeurs pour la paix

Ce sont des valeurs profondes que l’on retient du Rwanda. L’intérêt général l’emporte sur l’intérêt personnel. La vengeance fait place au pardon et la haine fait place au repenti. D’un côté Nkundiye Gaspard qui avoue avoir participé à l’assassinat de l’enfant de son enseignante.

Et de l’autre côté l’enseignante Anastasie qui lui pardonne en lui offrant de l’eau signe de réconciliation. Selon Woukoache ces personnes « nous apportent énormément et nous font regarder le monde autrement ». Nous voyons dans le film « un avenir meilleur et possible pour nous et nos enfants ».

De la réalisation

Ce film n’est pas qu’un simple montage d’entretiens mais toute une panoplie d’émotions qui nous font vivre la situation comme si on y était.

 « Merci pour ce moment et tout ce qui va avec le son, l’image, les plans. En fait j’ai vu le Rwanda sous une autre forme ce n’est pas le Rwanda ville, j’ai vu plutôt les paysans, la nature, la vraie vie du Rwanda ; avec l’expression poétique et historique de ce moment » affirme une admiratrice du documentaire.

Une autre d’ajouter « Cette hymne que vous avez choisie dans ce film est humain, touchant et magnifique. Ça peut changer les cœurs des africains pour un avenir meilleur »

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :