Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Abdoul Bagué est un réalisateur, scénariste et acteur burkinabè avec à son actif 3 longs métrages, 2 courts métrages et une série gags réalisés.  Acteur invétéré, il a joué dans une vingtaine de films tous genres confondus. Lors d’un entretien accordé à Sud-Sahel, Abdoul Bagué nous en dit plus sur sa vie de jeune cinéaste.

Être acteur de cinéma a toujours été dans le plus grand rêve de Abdoul Bagué. Il nous confie « quand je regardais un film, je rêvais de jouer en tant qu’acteur ; Sylvester Stallone m’a beaucoup inspiré. Pour moi il était comme une idole »

Mais les années passaient et Abdoul n’avait aucune porte d’entrée dans le monde du cinéma. C’est grâce à un oncle travaillant au FESPACO dans les années 2012, que le jeune Bagué se retrouve sur le plateau de tournage de la série Ouaga Love comme figurant.

Il raconte : « j’étais un peu perdu. C’était un nouveau monde que je découvrais. Je voyais la caméra, l’équipe technique, la maquilleuse. J’étais ému, tout content, tout heureux ».

 « Le cinéma est passionnant mais très jaloux »

Toutefois, son entrée dans le monde du cinéma n’a pas été chose aisée. En effet sa famille qui le voyait déjà magistrat ou avocat, n’a pu comprendre pourquoi Abdoul Bagué a décidé d’arrêter ses études en sciences politiques et juridiques pour se consacrer au cinéma.

Il justifie cet abandon des études en ces termes « Le cinéma est passionnant mais très jaloux. Donc j’ai arrêté le Droit. Je devais choisir » il continue « quand mon premier film est sorti et que j’ai invité la famille, j’ai vu de la fierté dans leurs yeux. Ils avaient compris mon choix. C’était beaucoup d’émotion ».

Aujourd’hui Abdoul Bagué est connu aussi bien pour ses talents d’acteur que de réalisateur. Abdoul nous apprend que ce fut une grande bataille. « Déjà en tant qu’acteur, j’ai dû faire beaucoup d’efforts et après j’ai fait beaucoup de castings ».

Un grand amoureux de la liberté

Pour le choix des thèmes qu’il aborde dans ses films, Bagué explique qu’il s’inspire de tout ce qui l’entoure, sa famille, son vécu. Rêveur, les yeux perdus dans le vague, il ajoute « ma liberté m’inspire aussi ».

Grand amoureux de la lecture et de l’écriture, il décide de montrer sa vision du monde aux autres. C’est ainsi qu’il se met à écrire. « Je suis acteur de métier, mais ma passion c’est de raconter des histoires, de réaliser les histoires que j’écris ».

Abdoul Bagué a accepté de se prêter à un jeu initié par Sud Sahel consistant à répondre à des questions plus ou moins insolites. Découvrez les réponses surprenantes du réalisateur, scénariste et acteur burkinabè :

  • Qu’aimes-tu le plus dans ton métier ?

Tout.

  • Que-détestes-tu le plus ?

Rien (éclat de rires). Le cinéma ce sont les compromis. Accepter les situations qui viennent et faire des sacrifices.

  • Si tu avais une baguette magique en main en ce moment, que ferais-tu ?

Je changerais tout ce qui n’est pas cinéma en cinéma. Tout doit être cinéma. C’est un art complet. On peut faire du cinéma partout. À tout moment. Sur tout sujet.

  • Si tu devais être quelqu’un d’autre, qui choisirais-tu ?

Quelqu’un qui m’a beaucoup marqué en Histoire pendant mon enfance. Soundjata Kéita. Côté cinéma, je pense que je choisirais James Cameron. C’est un dieu de la réalisation.

  • Qu’est-ce que cela fait d’être dans la peau de Abdoul Bagué

Ça me fait rire d’être moi-même ! C’est assez rigolo. Je prends des décisions, je pose des actes et après je me dis « mais c’est bien toi qui as fait ça ? » Je suis quelqu’un qui aime apprendre et aussi quelqu’un qui aime tra mes connaissances. Si quelqu’un était à ma place, je crois qu’il apprendrait à travers la lecture parce que je suis un fin lecteur. Être moi, c’est être aussi stressé. Il y a le regard des autres. C’est une pression d’avoir autrui prêt à nous juger. Autrui qui est en face de nous, nous amène à être quelqu’un qu’on n’est pas. Je ne me laisse pas changer par autrui. J’assume mes actes. Je suis dans ma folie.

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

1 commentaire

1 commentaire

  1. Cedric Zagué

    11 février 2019 à 9 h 52 min

    Très belle analyse ma très chère!après le film j’ai vraiment eu du mal a fzire le lien entre l’histoire et le titre du film….merci pour la recherche qui me fait comprendre que les cineastes flattent defois le public poyr se faire des sous!😂😂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Abdoul Bagué, ce jeune réalisateur si innovant…

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter