Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Littérature

‘’‘A moitié coupable’’, la peinture d’un procès de mœurs

 L’univers littéraire béninois s’enrichit avec l’avènement de la jeune génération qui travaille d’arrache-pied pour relever le défi des temps contemporains. Parmi ces jeunes, figure Damienne Houehougbe, une auteure qui a signé son entrée dans le monde livresque avec son ouvrage ‘’À moitié coupable ‘’ paru aux éditions Savanes du continent.

Peut-on être coupable à moitié de quelque chose ? Et bien  l’auteure a prouvé le long de ce roman comment est-ce qu’une personne peut être à moitié coupable d’un acte, mieux dans une affaire de violence. La première couverture de l’œuvre présente trois couleurs : le blanc qui symbolise l’innocence de la jeune adolescente, le rouge qui caractérise le crime et le tout sur un fond noir qui confirme le socle de la tragédie.

Sur la couverture, il est constaté la caricature d’une femme avec une mise avant de son nombril, sa partie intime en dessous de laquelle se trouve une coupe de sang et le tout couronné par le caractère du nom de l’ouvrage qui met ‘’ A moitié ‘’ en blanc et ‘ coupable’’ en rouge avec un caractère dominant.

 De l’amour à la tragédie… ?

 Sur 117 pages,  Damienne raconte l’histoire de deux frères jumeaux, Yves et Yvon qui se ressemblent beaucoup, mais que tout oppose. Yves est l’incarnation de la bonté, c’est un jeune homme responsable. Il est tout le contraire de son frère Yvon, qui lui est un vrai ‘’bad boy’’.

Ce ne permettent pas à ce dernier de bénéficier des bonnes grâces des filles et il est obligé de passer par Yves son second.  Dans les faits, Yves a joué dans la relation entre son amie Béatrice et son frère jumeau. La relation amoureuse fut un calvaire car, Béatrice a été violée par Yvon un après-midi et a pu avoir la vie sauve grâce à l’intervention d’Yves.

Dans ce dilemme est né un procès où Yves doit comparable comme témoin principal des faits. Il a le choix entre dire la vérité ou protéger son frère. Mais le jeune homme opte pour la dernière et s’est fait prendre par les actes passés de son frère qu’on confondait à sa personne. Au terme d’un  procès équitable Yvon  fut condamné à cinq (05) ans d’emprisonnement assorti d’une  amende d’un million de F CFA.

De l’intérêt de l’œuvre

Au XXI ème siècle, une ère de la mondialisation, les Violences Basées sur le Genre (VBG) continuent de sévir à cause du silence des victimes et le poids de la tradition. En décidant d’écrire une histoire dont l’élément modificateur vient de deux frères jumeaux est une audace, car les jumeaux sont vus comme des  intimes, les inséparables, deux moitiés d’une gourde qui créent un univers entier dans le modèle cosmogonique des Yoroubas en particulier et Afrique en général.

L’Auteure ouvre ainsi une porte jusqu’au-boutiste à la  lutte contre les VGB. Entrepreneure, bloggeuse mode, Damienne Houehougbe est le prototype de la nouvelle génération de femmes militante pour les droits humains.

Anselme Sènan KOSSOUHO

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :