Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Cinéma

Le film Duga: quand les charognards s’occupent du cadavre

Avec un titre assez interpellateur, ce long-métrage burkinabè, en lice pour l’Etalon d’or de Yennega, était attendu par plus d’un. Les deux réalisateurs que sont Abdoulaye Dao et Hervé Éric Lingani ont mis les petits plats dans les grands, avec des acteurs comme Ildevert Medah, Charles Wattara, ou encore Serges Henri.

« Duga », les charognards, met en scène deux éléments paradoxalement opposés: la vie et la mort. L’histoire d’un bébé retrouvé (la naissance) et d’un cadavre encombrant (la mort). En 90 minutes, ces deux histoires parallèles ont captivé l’attention des cinéphiles.

Une histoire pas comme les autres

L’histoire commence dans un village de Boromo, dans une nuit noire, où un hibou, dont la présence est signe de malheur hulule toute la nuit. Ainsi, le décor est planté, avec ce suspense, les cinéphiles se demandent ce qui s’est passé ou ce qui se passera.

Ce n’est qu’une fois en ville, qu’on apprendra, qu’il s’agit du décès de Pierre, un fils du village, auparavant rentré en ville pour se soigner. La nouvelle de ce décès parvint à Rasmané, le cousin du défunt. Ce dernier, vivait une retraite paisible dans sa petite cour à Boromo.

Cependant, Rasmané supportait mal le voisinage avec un kiosque à café, lieu de rencontre des jeunes qui se font appeler DUGA (les charognards). Les taxant de vagabonds, drogués et mauvais exemples pour les plus jeunes, le vieil homme à plusieurs reprises, leur a intimé l’ordre de déguerpir.

Une dépouille encombrante

Les choses se compliquent alors quand Rasmané doit conduire la dépouille de son cousin Pierre, au village pour inhumation. En partance pour le village, on lui dit : « il faut l’inhumer sur place en ville, son corps ne peut être enterré au village, sinon il y aura malheur ».

De retour au village, toutes les portes se ferment à l’arrivée de la dépouille de Pierre. L’église et la mosquée refusent d’assurer l’inhumation. A partir de là, Rasmané fait face à mille et un problèmes.

Après plusieurs démarches infructueuses pour l’inhumation de son cousin, et face aux plaintes incessantes de son chauffeur, Rasmané, ne sait que faire.

Au même moment, l’un des jeunes du Kiosque, un Charognard, découvre en brousse, un bébé abandonné dans un sac. Ce nouveau né suscite lui aussi de nombreuses controverses dans la cité. Personne ne veut s’en occuper. Pas même l’action sociale.

Qu’adviendra-t-il du mort et du nouveau né? Les charognards s’en occuperont certes! Mais de quelle manière? A découvrir dans le film!

Mariam SAGNON

Contributrice

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :