Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Musique

Näel Melerd: cet artiste engagé dans la lutte anti-terroriste

Je partage avec vous aujourd’hui, l’entretien que j’ai eu avec le jeune slameur qui a fait l’actualité du slam burkinabè depuis plusieurs mois. Eliphèle Nathanaël Minoungou allias Naël Melerd, est étudiant en Master I Génie minier. Deux fois vainqueur du concours « Je slame pour ma patrie » en 2016 et 2017, il a été le vainqueur de la Semaine Nationale de la Culture 2018, catégorie Slam. Depuis plusieurs mois, il défraie la chronique à travers ses textes engagés. Allons à la découverte de l’artiste.

Que ressens-tu quand tu es sur scène, devant les plus grandes autorités de l’Etat. Es-tu stressé?

(rires) Voici un sentiment que je n’ai jamais ressenti sur une scène. Pour moi toutes les scènes s’équivalent. L’énergie que je donne sur la scène du fond de ma chambre est la même que celle que je donne sur toutes les autres scènes. Vu de l’extérieur cela parait une super grande scène mais dans ma tête, ça reste la scène de ma chambre. Donc je ne stresse pas. Surtout pas à cause d’un événement d’envergure, ni à cause des autres artistes avec qui je vais partager la scène. Je suis assez ambitieux (…) Si tu laisses le stress gâter ton show à toi, c’est que tu ne mérites pas la scène sur laquelle tu te trouves.

Comment le slam a commencé pour toi?

Tout a commencé après un cour de français sur les rimes. J’ai commencé à écrire des textes révolutionnaires. C’était en phase avec l’époque. Je slamais au lycée, au cours de Philosophie parce que le professeur et les camarades aimaient mes textes. Mon délégué d’établissement m’as inscrit au concours inter-établissements School Fight. Et je suis sorti Premier.

Tu es quelqu’un qui repousse ses limites… qu’est ce que tu as à dire à tous ces jeunes qui hésitent?

Pour la petite anecdote, je dirais que même en classe de terminale j’aimais les maths sauf le chapitre sur les Limites. Les limites, ça te limite et je n’aime pas être limité. Les limites, sont faites pour être repoussées. Quand tu arrives quelque part où tu n’arrives plus à avancer, c’est qu’il y a quelque chose qui bloque; qu’il faut repousser. Il faut trouver une nouvelle stratégie. Repousser les limites, c’est l’objectif même de l’être vivant. C’est arriver à se dépasser soi-même. Je vis quand je repousse une limite. (…) Quand je suis allé à « je slame pour ma patrie » pour la deuxième fois, c’est ce que j’ai dit. Je ne suis pas en compétition contre un candidat, je suis en compétition contre moi même.

Merci l’artiste!

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :