Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Cinéma

Ouaga film Lab 4: Daniel Kolo Sanou et Pierre Rouamba partagent leur expertise avec les plus jeunes

Ouagadoudou, capitale du cinéma africain accueille depuis ce jeudi 12 septembre 2019 la quatrième édition de Ouaga Film Lab. Ce festival vise à repérer des talents dans le domaine cinématographique et à les accompagner dans la réalisation de leur passion. C’est aussi une occasion de rencontre et de partage d’expériences. Deux pionniers du cinéma burkinabè ont à cet effet partagé leurs expériences avec les cinéastes venus de partout.

L’art c’est la passion. Daniel Kolo Sanou et Pierre Rouamba respectivement réalisateur et producteur ont pendant quarante ans mis en commun leur passion pour marquer l’histoire du 7e art burkinabè. C’est une histoire riche en enseignements qu’ils ont en effet partagée avec la nouvelle génération lors du master class organisé ce 12 septembre à Pacific Hôtel.

Une collaboration de longue date

Kollo Daniel Sanou après sa formation à l’institut national de l’Audiovisuel et au Conservatoire libre du cinéma français à Paris regagne le Burkina Faso en 1979 et entame une carrière de réalisateur. Pierre ROAMBA quant à lui est diplômé de l’Institut africain d’Éducation cinématographique (INAFEC).

En effet, ce qui a réuni les deux, c’est le sentiment d’appartenir à un même domaine et d’avoir fait la même école primaire. Une fois réunis, ces deux congénères vont entamer une collaboration qui va rester dans le temps.

Pierre ROAMBA a laissé entendre que « l’essentiel c’était d’avoir fait une formation cinématographique et la nécessité de mettre ensemble ce qu’ils avaient appris ».

Cette belle collaboration a donné naissance à des films de renoms qui ont remporté de nombreux prix. Des films tel que Paweogo (l’immigrant), prix de la première œuvre au Fespaco 1983.

Aussi, ces deux hommes incontournables du cinéma burkinabé vont connaitre des brèves expériences avec les maisons de productions telles que SINAFRIC et CINAFEC. Pour être compétitifs et indépendants dans la création cinématographique, ils créent ClapAfrik leur propre maison de production

Ils ont également eu des collaborations sur des films tels que Taxi brousse, Marcel et le médiateur du Faso, Droit de mémoire, Tasuma (le feu), etc. Après 40 ans, l’avant continue de plus belle.

Un nouveau film en cours de réalisation

Selon Pierre ROUAMBA « ils ne s’arrêterons pas, tant qu’ils auront toujours quelque chose à dire un message à faire passer » d’où le film Ta Kami en cours de réalisation. Un film qui serait la suite de leur film à succès Tasuma.

En se référant sur leur riche expérience dans le domaine, les deux doyens du cinéma burkinabé ont invité les jeunes à se former et rester loyale envers leur collaborateur. C’était l’occasion pour eux de rappeler que l’on peut se former par tous les moyens. La formation peut se faire en effet « à l’école, en ligne et même sur le tas ».

Karim Ouedraogo et Abdoul Rahim Tapsoba

Contributeurs

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :