Suivez-nous

S'abonner

S'abonner

Cinéma

Pas d’Or pour Kalsaka: bien plus qu’un film, un engagement

« Pas d’Or pour Kalsaka ». Voilà bien un film qui ne cesse de voyager à  travers les festivals depuis le début de l’année 2019. Le film surprend de par son caractère innovant et audacieux. Zoom sur un film qui n’aura pas fini de faire parler de lui de si tôt!

Un sujet certes sensible mais réel

Des sabots martèlent durement le sol. Des cavaliers passent à toute allure sur leurs montures. Ce sont les premières images frappantes qui nous prennent de plein fouet devant l’écran. Semblant tout droit sortis du Far West, iles cavaliers ont l’air pressé et semblent chercher quelque chose… Ils débarquent dans une petite ville. Puis, ils s’en vont laissant derrière eux, misère et désolation.

Ces images sont celles d’un film. Pas américain puisqu’il ne s’agit pas d’un Western. Il s’agit d’un film documentaire burkinabè. Le titre, Pas d’Or pour Kalsaka. Ce film documentaire de 80 minutes raconte l’histoire d’un peuple désillusionné et abusé du Burkina. Celle de la population de Kalsaka livrée en pâture aux exploitants miniers.

Plus de surfaces cultivables. Plus d’eau potable. Des pères de familles révoltés. De nombreux rêves brisées et des familles ne sachant plus à quel Saint se vouer. Tel est le triste tableau que nous depeint le documentaire du réalisateur K. Michel Zongo.

Synopsis

En effet, dans les années 2000, l’Etat burkinabé délivre plusieurs permis d’exploitation minière à des sociétés multinationales, c’est le début du boom minier, ou « la ruée vers l’or ». La première mine d’or d’exploitation industrielle à ciel ouvert est construite en juin 2006 à Kalsaka. C’est le début du cauchemar de la population. La société anglaise Kalsaka Mining SA annonce exploiter 18 tonnes sur les dix prochaines années.

Mais « L’or n’a pas brillé pour Kalsaka » car en 2013 après 6 années d’exploitation, la mine ferme ses portes et laisse dernière elle un héritage inestimable de catastrophes sociales et environnementales.

Une petite ville de campagne sans infrastructures sociales de base, une population socialement désorganisée par le niveau de vie acquis pendant le fonctionnement de la mine.

Un peu d’espoir

Depuis sa première au FESPACO 2019, le documentaire Pas d’Or pour Kalsaka aura fait bouger bien de choses.

En effet le film a permis d’attirer l’attention des autorités nationales et la communauté internationale sur la question tragique des populations de Kalsaka.

Quelques actions sont entreprises. Notamment des prélèvements et analyses de l’eau dans la localité par les autorités compétentes.

 

Journaliste Blogueuse Burkinabè passionnée de l'Art

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article tendance

Fespaco 2019: liste officielle des films sélectionnés pour la catégorie Fiction Long Métrage

Cinéma

A la découverte du réalisateur burkinabè Abdoul Bagué

Cinéma

FESPACO 2019: liste officielle des films d’école en compétition

Cinéma

Amour d’une mère : Regard critique

Cinéma

Advertisement

NOUS SUIVRE SUR FACEBOOK

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar

Inscription à la newsletter

Copyright © 2018 Sud Sahel | Réalisation : WEB GENIOUS

Connecter

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :